Les contraintes de l’auto-édition

170

 

« L’autoédition est beaucoup plus que le moyen de satisfaire quelques vanités, elle est aussi le dernier rempart de la liberté d’expression, quand la censure la plus soumise, l’autocensure, paralyse les grands éditeurs. »[1] C’est une solution alternative et personnelle de l’auteur à une non-publication par une maison d’édition traditionnelle, mais elle provoque des difficultés et problèmes importants pour des personnes qui ne s’y connaissent pas en comptabilité, en gestion ou en relation avec les administrations et organismes collecteurs. Pour information, avant publication, l’auteur-éditeur doit outre se signaler au Centre de Formalité des Entreprises (CFE) des impôts de son lieu de résidence. Des changements importants ont eu lieu en une décennie.

[1] Magnouloux Bernard, « l’autoédition », 1999 ; repris par Vallier Claude, « l’auteur en liberté », 2001, page 32

Comments are closed.

error: ce contenue est protéger