témoignage sur la pauvreté de Romelu Lukak

0 126

[Un exemple, « Romelu Lukaku, se livrant pour le site The Player’s Tribune : « Je me souviens très bien du moment où j’ai su que nous étions pauvres. Je revois le regard de ma mère devant le réfrigérateur. J’avais six ans et je quittais l’école à midi pour rentrer manger chez moi. Ma maman préparait la même chose tous les midis: du pain et du lait. Quand t’es un gamin, tu n’y penses pas, mais j’imagine que c’est tout ce qu’on pouvait se payer. Et puis un jour que je rentrais, je suis allé dans la cuisine et j’ai vu ma mère avec la brique de lait, comme d’habitude. Sauf que cette fois, elle le mélangeait à autre chose. Elle secouait le tout, tu vois? Je ne comprenais pas ce qui passait. Puis elle m’a apporté mon lunch et elle souriait comme si tout allait bien, mais j’ai immédiatement réalisé.

Elle ajoutait de l’eau dans le lait. Nous n’avions plus assez d’argent pour avoir du lait pour toute la semaine. Nous étions fauchés. Pas seulement pauvres, totalement fauchés. Mon père avait été footballeur pro, mais il était en fin de carrière et on n’avait plus d’argent. » Les difficultés économiques des parents ne devraient pas toucher les enfants. Cet enfant a vu disparaitre son cadre (la télévision, l’eau chaude faute d’électricité). « Je voulais prendre un bain, mais il n’y avait plus d’eau chaude. Ma mère chauffait de l’eau dans une bouilloire sur la gazinière, je me mettais debout dans la douche et je me versais de l’eau chaude sur la tête avec une tasse. » Parfois, ma mère devait même “emprunter” du pain au boulanger en bas de la rue. Le boulanger nous connaissait moi et mon petit frère donc il nous laissait emporter un pain le lundi et le payer le vendredi. Je savais qu’on avait des difficultés. Mais quand elle ajoutait de l’eau dans le lait, je réalisais que c’était bien pire, tu vois ce que je veux dire? Notre vie, c’était ça. Ce jeune a décidé de sortir de cette situation et d’aider sa famille. « Je ne pouvais pas regarder ma mère vivre ainsi. Non, non, non, pas moyen. Dans le football, les gens aiment faire référence à la force mentale. Et bien je suis le gars le plus fort que tu puisses rencontrer. » Il avait six ans et avait dix ans devant lui pour devenir un champion. Il s’est entrainé. Il était seul aux compétitions, mais avec la force de volonté, il est arrivé. « Je voulais être le meilleur footballeur dans l’histoire belge. C’était mon but. Pas bon, pas génial, le meilleur. Je jouais avec tellement de colère, à cause de plein de choses… à cause des rats dans notre appartement… parce que je ne pouvais pas regarder la Ligue des Champions… à cause de la façon dont les autres parents me regardaient. J’étais en mission. À douze ans, j’ai marqué 76 goals en 34 matches. Je les ai tous marqués avec les chaussures de mon père. Une fois qu’on a eu la même pointure, on a pris l’habitude de se les partager. » Il est devenu un grand footballeur, en partant de rien, joueur de l’équipe nationale belge.[1]

Cet enfant, comme tant d’autres, a vécu les difficultés économiques de sa famille, il a vécu dans des conditions très difficiles, et pourtant, il a réussi et attend son objectif pour sortir sa famille de la galère.]

[1] https://www.theplayerstribune.com/…/romelu-lukaku-ive-got-s… (4 juillet 3018)

Biographie du joueur Romelu_Lukaku

Fiche joueur – Actuellement à manchester-united

extrait le ” le guide anti-surendettement” – Bruno PARIZOT – Aapédition – octobre 2019

Leave A Reply

Your email address will not be published.

error: ce contenue est protéger