Macron le gros menteur, pris en flagrant délit de mensonge au peuple !

1 2 000

Introduction

Une nouvelle fois le Président Emmanuel MACRON est pris dans son propre piège, celui du mensonge et de la tromperie.

Selon les règles définies par la Constitution de notre pays, le Président de la République décide et le gouvernement exécute. Ce que d’ailleurs avait rappelé le Président Chirac il y a quelques années.

Or, lors de son allocution du mercredi 14 octobre, Emmanuel MACRON a fait une déclaration qui concerne des millions de Français, le lendemain son Premier-ministre l’a contredit. Ce qui est intolérable et pose deux questions :

  • soit le Président a trahi ses concitoyens et a menti délibérément,
  • soit le Premier-ministre fait ce qu’il veut et peut contredire la parole présidentielle.

Cette situation est très grave et démontre qu’il n’y a pas de pilote dans l’avion, comme je l’écris dans mon ouvrage « L’effondrement », mais surtout que l’exécutif ne sait que faire des conséquences de la crise sanitaire, sociale et économique.

La promesse :

Je reprends les propos tenus lors de son interview du mercredi 14 octobre 2020[3], vue par plus de 20 millions de téléspectateurs et repris dans la presse : « Donc ce que nous allons faire, parce que c’est le dispositif le plus large et le plus efficace, c’est pour les bénéficiaires du RSA et des APL – ce qui touche du coup tous les jeunes très largement, les 18/25 ans – d’avoir une aide exceptionnelle, pendant ces 6 semaines qui viennent, de 150 euros plus 100 euros par enfant, la même chose que ce qu’on a fait, justement, au printemps ».

Ce qui a été compris par tous était simple au départ : «  Emmanuel Macron a annoncé mercredi soir une aide exceptionnelle pour les bénéficiaires du RSA et des APL. Coronavirus: une aide de 150 euros pour les bénéficiaires du RSA et des APL. Les bénéficiaires du RSA et des allocations logement auront «  une aide exceptionnelle pendant les 6 semaines qui viennent de 150 euros plus 100 euros par enfant ». […] La mesure concerne tous les allocataires. »[4]

La douche froide

Le lendemain, la promesse s’est vidée de son contenu.  « Alors que le président de la République et le Premier ministre ont annoncé que les bénéficiaires des APL toucheraient 150 € et 100 € supplémentaires par enfant, ce ne sera pas le cas. Des conseillers de Jean Castex ont précisé que les foyers qui touchent des APL, hors étudiants, toucheront les 100 € par enfant, et rien d’autre. » Reprenant les caractéristiques de l’aide versée en mai dernier et excluant nombres d’allocataires. « Au printemps, le Premier ministre Edouard Philippe avait annoncé le versement d’une «  aide d’urgence».[5]  « Selon le décret du 5 mai 2020 instaurant «l’aide exceptionnelle de solidarité liée à l’urgence sanitaire aux ménages les plus précaires», le dispositif se compose d’une aide de 150 euros adressée aux «bénéficiaires du revenu de solidarité active (RSA), de l’allocation de solidarité spécifique (ASS), de la prime forfaitaire pour reprise d’activité, de l’allocation équivalent retraite (AER) ou du revenu de solidarité (RSO)». S’ajoute à cela, une seconde aide «de 100 euros par enfant à charge pour les bénéficiaires du revenu de solidarité active (RSA), de l’allocation de solidarité spécifique (ASS), de la prime forfaitaire pour reprise d’activité, de l’allocation équivalent retraite (AER), du revenu de solidarité (RSO) ou des aides personnelles au logement», c’est-à-dire, des APL. Les bénéficiaires des APL n’étaient donc pas concernés par les 150 euros et seuls ceux ayant un enfant à charge ont reçu une aide de 100 euros par enfant. »[6] Cette mesure avait « concerner 4,1 millions de foyers, incluant 5 millions d’enfants, pour un budget de 900 millions d’euros. »

 

Les conseillers du Premier-ministre contredisent la parole présidentielle et la presse écrit :

  • « Aide exceptionnelle de 150 euros : l’erreur d’Emmanuel Macron, qui intègre à tort des millions de bénéficiaires »[7]
  • « Covid-19 : l’exécutif rétropédale sur les APL, l’Unef dénonce un “délaissement des jeunes” L’entourage du Premier ministre a précisé jeudi que seuls les bénéficiaires du RSA et de l’Allocation de solidarité spécifique toucheraient l’aide exceptionnelle de 150 euros, contrairement à ce qui avait été annoncé la veille par le président de la République.
  • L’entourage du Premier ministre a toutefois précisé jeudi à l’AFP que seuls les bénéficiaires du RSA, versé aux plus de 15 ans, et de l’Allocation de solidarité spécifique (ASS, pour les chômeurs en fin de droits) toucheraient cette aide de 150 euros, auxquels s’ajouteront 100 euros par enfant.
  • Les bénéficiaires des APL toucheront eux uniquement la prime de 100 euros par enfant. Ce qui exclut de fait bon nombre d’étudiants. »[8]
  • « C’est la douche froide. Le président de la République l’avait pourtant promis lors de son interview télévisée, l’aide de 150 euros auxquels s’ajoutent 100 euros par enfant concernera les allocataires du RSA et des APL. Sauf qu’entre temps, Matignon a rectifié le tir : les mêmes conditions s’appliquent qu’au printemps dernier. »[9]
  • « Covid-19 : les bénéficiaires des APL ne bénéficieront pas de l’aide d’urgence de 150 euros. Les bénéficiaires des aides au logement recevront une prime de 100 euros par enfant, mais ils ne sont pas concernés par l’aide d’urgence de 150 euros, contrairement à ce qui a été annoncé mercredi soir par Emmanuel Macron.

Douche froide pour les milliers de foyers qui touchent les Aides personnalisées au logement (APL). Alors qu’Emmanuel Macron avait annoncé une aide exceptionnelle de 150 euros pour les bénéficiaires des APL, il n’en sera rien. Ces personnes toucheront uniquement la prime de 100 euros par enfant. »[10]

 Inconcevable :

A ce niveau de responsabilité, ce n’est pas une erreur, ni un rétropédalage, mais une tromperie ! Ce n’est pas une promesse, mais un engagement, un acte, une décision prise qui doit être mise en œuvre. C’est la parole présidentielle qui est remise en cause, et c’est très grave. Le Président est conseillé par une armée d’énarque, de conseillers en communication, et prépare ses notes. Il est inconcevable qu’il ait fait une telle erreur volontairement, ce qui exclut de l’aide plus de 6,5 millions de foyers bénéficiaires d’une aide au logement, ce n’est pas rien.

Conséquences :

Les étudiants exclus, tout comme les bénéficiaires des aides au logement qui n’ont pas d’enfants à charge, c’est-à-dire les parents non-gardians, les personnes en situation de handicap, les retraités, les jeunes actifs et les actifs.

 Mélanie Luce de l’UNEF lors d’une interview dit : « On est particulièrement surpris de voir qu’un jour on nous annonce un coup de pouce et que le lendemain on nous le retire. Cela nous rappelle très fortement ce qui s’est passé en mai. En mai, on nous a annoncé deux types d’aides, une aide de 200 euros pour les étudiants qui ont perdu leur emploi et une aide de 200 euros pour les bénéficiaires des APL. Cette aide-là n’a pas pu être touchée par les étudiants parce qu’il y avait déjà une exclusion des étudiants. Donc, quand Jean Castex nous dit que ce sera la même aide que pendant le confinement, on est particulièrement inquiet parce que depuis le confinement plein de jeunes ont eu zéro euro de la part de l’État. »[11] Ce qui pousse encore plus vers la précarité !

J’ai la grande impression que le gouvernement oublie le mot EGALITE entre les français et aide toujours la même population, les bénéficiaires des minima-sociaux, négligeant les autres, qui souffrent aussi de la crise, comme les personnes en situation de handicap, les retraités et les pères qui n’ont pas leurs enfants à leur charge, mais qui sont belles et bien une charge financière ; mais aussi les commerçants et les artisans.

Les familles monoparentales percevant une aide de 100 € par enfant.

Il est indispensable, au nom de la justice sociale et de l’égalité, de soutenir financièrement tout ce qui ont une difficulté financière passagère, pourtant l’idée était la bonne : « Un geste en faveur des «plus précaires qui tombent dans la pauvreté» et pour lesquels le président a dit vouloir apporter «une réponse». Seraient donc concernés : «les bénéficiaires du RSA et des APL – ce qui touche du coup tous les jeunes très largement, les 18/25 ans». »[12]

Mise à jour :

18.10.2020 : Le gouvernement a annoncé hier samedi 17 octobre, que les étudiants bénéficiaires d’une aide au logement percevrait une aide exceptionnelle de 150 €. 400.000 jeunes sont concernés par la mesure.

Mes propositions :

Dans mon ouvrage « Comment nourrir ses enfants ? Comment s’alimenter en période de crise ? », parue en mai 2020, je décrivais la situation dramatique de nombre de nos compatriotes et je proposais : « La bonne gestion des comptes de la famille et l’optimisation des dépenses permet en temps normal d’éviter les situations tragiques. Nous sommes dans une situation exceptionnelle, qui impose des mesures exceptionnelles. Des millions de familles sont asphyxiées financièrement, et dans l’incapacité de faire face à leurs charges et de s’alimenter correctement !

Face à ces drames, des organismes sont mobilisés : associations, salariés,  fonctionnaires (CCAS – centre communale d’action sociale, MDS – maison départementale de la solidarité), mais surtout des bénévoles. Ces personnes, spécialistes de la question, donnent de leur temps pour aider les autres. Notre pays manque de structures d’accompagnement, mais dispose encore moins suffisamment d’organismes de prévention et de conseil.

 Mes solutions : 

  • La première est de verser une aide d’urgence, par l’intermédiaire des CAF, s’élevant à 200 € pour un célibataire, 300 € pour un couple ; 100 € supplémentaires seraient attribués aux enfants âgés de 3 à 15 ans, 150 € aux enfants dans la tranche d’âge 0- 3 ans et 15- 18 ans. Les CAF versent déjà la majorité des aides sociales, dont le RSA (revenu de solidarité active), l’AAH (allocation aux adultes handicapés) et l’ARS (allocation de rentrée scolaire). Cette aide doit être ouverte également à tous les bénéficiaires de l’ASS (allocation de solidarité spécifique), aux invalides et retraités, ainsi qu’aux travailleurs percevant la prime d’activité. Cela est compliqué. Aussi, nous détaillerons, dans le chapitre suivant, les mesures qui nous semblent nécessaires.
  • « Action logement », organisme qui gère le 1% patronal, doit accorder une aide rapide à l’ensemble des salariés impactés par la crise ; le FASTT (Fonds d’action sociale du travail temporaire) doit en faire de même en faveur de l’ensemble des intérimaires.
  • Les CAF doivent rapidement ouvrir des droits au profit des indépendants qui se retrouvent sans ressources et sans aides.
  • Il est indispensable dès maintenant de baisser la TVA des produits de première nécessité (fruits et légumes, riz, pâtes, conserves) et des produits pour bébé (couches et produits alimentaires). […] Le taux de TVA est actuellement de 5,5% pour l’alimentation et de 20% pour les produits pour bébé. Nous proposons, dans un premier temps, une réduction pour l’ensemble de ces produits à un taux de 2,1%, ce que l’Union européenne pourrait aisément accepter. Le coût serait d’environ 5 milliards d’euros.”
  • L’état doit demander aux banques de ne pas facturer de frais pendant la période de confinement et de se retenir de facturer des frais d’opposition, de traitement, de courriers, etc. Elles se doivent d’accompagner leurs clients en difficulté. La majorité des Français se retrouve régulièrement à découvert et les banques facturent des frais abusifs (frais d’intervention, commissions diverses) : cela ne fait qu’empirer l’état du problème de base. Les frais bancaires ont une origine très importante dans les cas de surendettement.
  • Il est urgent également de proposer des découverts exceptionnels ou des microcrédits pour soulager les familles.
  • Enfin, il faut envisager de verser une aide financière à l’ensemble des Français, des étudiants et des salariés pour les aider à braver cette étape difficile.

Nous attendons que le Gouvernement respecte la parole présidentielle.

  

Promotion du livre effondrement

Disponible en version broché et ebook sur Amazon et Kobo (Fnac)

en savoir plus


 

 Source : argent-content.com

Date de publication : 17 octobre 2020

Auteur : Bruno PARIZOT, Président de l’association Kalune.fr

Crédit photo : site de la présidence de la République – elysee.fr


Sources :

[1] http://www.editions-universelles.kalune.net/produit/leffondrement-2020/

[2] Photo site elysee.fr

[3] https://www.elysee.fr/emmanuel-macron/2020/10/14/covid-19-interview

[4] https://www.lavoixdunord.fr/879182/article/2020-10-14/couvre-feu-une-aide-de-150-euros-pour-les-beneficiaires-du-rsa-et-des-apl

[5] https://www.lavoixdunord.fr/879182/article/2020-10-14/couvre-feu-une-aide-de-150-euros-pour-les-beneficiaires-du-rsa-et-des-apl

[6] https://www.lefigaro.fr/social/pourquoi-les-beneficiaires-des-apl-ne-devraient-pas-toucher-la-prime-exceptionnelle-comme-l-a-promis-macron-20201015

[7] https://www.capital.fr/votre-argent/aide-exceptionnelle-de-150-euros-erreur-demmanuel-macron-qui-integre-a-tort-des-millions-de-beneficiaires-1383294

[8] https://www.francetvinfo.fr/economie/emploi/carriere/entreprendre/aides/retropedalage-sur-les-apl-l-unef-denonce-un-oubli-et-un-delaissement-des-jeunes_4143909.html#xtor=AL-792

[9] https://www.linternaute.com/argent/guide-de-vos-finances/1362831-apl-2020-ce-que-vous-allez-bientot-percevoir-en-plus/

[10]  https://www.leparisien.fr/economie/covid-19-les-beneficiaires-des-apl-ne-beneficieront-pas-de-l-aide-d-urgence-de-150-euros-15-10-2020-8403375.php

[11] https://www.francetvinfo.fr/economie/emploi/carriere/entreprendre/aides/retropedalage-sur-les-apl-l-unef-denonce-un-oubli-et-un-delaissement-des-jeunes_4143909.html#xtor=AL-792

[12] https://www.lefigaro.fr/social/pourquoi-les-beneficiaires-des-apl-ne-devraient-pas-toucher-la-prime-exceptionnelle-comme-l-a-promis-macron-20201015

[13] http://www.editions-universelles.kalune.net/produit/comment-nourrir-ses-enfants-comment-salimenter-en-periode-de-crise/

1 Comment
  1. […] Macron le gros menteur, pris en flagrant délit de mensonge au peuple ! […]

Leave A Reply

Your email address will not be published.

error: ce contenue est protéger