Les vautours s’attaquent aux entreprises fragilisées par la crise économique

1 20

Introduction :

La crise économique et financière que nous traversons à des répercussions sur notre économie, mais également sur l’avenir de nombre d’entreprises. Cette crise va ouvrir des dizaines d’opportunités pour enrichir encore plus les vautours.

Rappelons-nous, il y a quelques semaines, les médias nous répétaient à longueur de journée, que les États et les entreprises empruntaient à taux négatif. Et même que certaines entreprises étaient payées pour emprunter.

Notre économie mondiale était malade, d’avoir trop d’argent, trop de cash détenu par des fonds d’investissements qui se sont « gavés » en dividende pendant des années, puis les fonds pétroliers.

Cet argent est toujours là et va servir à acheter des stocks, des entreprises, des actifs, des biens immobiliers à petit prix pour les revendre dans plusieurs mois à prix fort. C’est le cas après toutes les crises, dont celle de 2008, qui a permis d’engranger tant et tant de liquidités. Nous allons encore devoir mettre la main à la poche, payer plus d’impôts, faire un effort supplémentaire pour rembourser la dette colossale qui va nous tomber sur la tête. Car, comment financer le cout abyssal et les conséquences de la propagation de ce virus, entre les heures supplémentaires et les renforts de personnels médicaux, les médicaments, les hospitalisations, les mesures pour sauver nos entreprises, pour payer les salariés au chômage technique, les mesures de sécurité, etc.. Des centaines de milliards d’euros, que nous n’avons pas et que nous allons emprunter à qui ? au marché.

” Les fonds spéculatifs veulent profiter de la déroute des entreprises fragilisées

 Les hedge funds se jettent sur les marchés et les entreprises malades du coronavirus. Certains achètent à bas prix des actions massacrées. D’autres misent sur la faillite des sociétés les plus fragiles financièrement.

Alors que de nombreux investisseurs en actions ont perdu gros (30.000 milliards de dollars au niveau mondial !) avec la débâcle, des marchés, les fonds spéculatifs (hedge funds, qui gèrent l’argent que leur confient les plus riches et les fonds de pension ou souverains), cherchent désormais à profiter du marasme actuel. »

Ils vont faire leur marché !

« Les hedge funds veulent investir dans les entreprises laminées en Bourse et s’intéressent aussi aux sociétés non cotées qui sont à court de liquidités. Ils font le pari que les plans de relance massifs des gouvernements vont aider à la reprise de l’activité économique et au redressement des marchés. » (source)

Les fonds de pension et d’investissement se préparent à absorber à petit prix des milliers d’entreprises et de prêter des milliards d’euros aux états pour financer les plans de relances. Le G20 vient de lancer un plan de 5 000 milliards de dollars !

Lagardère

Par exemple, le fonds Amber Capital est en train de prendre possession du groupe Lagardère. Il possède 16,42% du capital (contre un peu plus de 7% pour le fils de Jean-Luc Lagardère) et 12,48% des droits de vote.

Son président, Arnaud Lagardère étant surendetté et le gouvernement interdisant le versement de dividendes aux sociétés qui bénéficieront des aides et garanties de l’État. Ce dernier ne pourra plus rembourser ses créances bancaires.

Le fond veut changer de dirigeant et l’ensemble 8 membres du conseil de surveillance, pour prendre possession du groupe et relancer son activité. Par contre, il serait près à « approuver la cooptation de l’ancien président Nicolas Sarkozy et de l’ex-patron de la SNCF Guillaume Pepy », annoncée en février, par M. Lagardère.

Surtout, vendre des actifs non stratégiques pour percevoir des dividendes plus importants. Le groupe Lagardère n’est pas une SA (Société Anonyme, mais une SCA (Société en Commandite par Actions) ou il n’y a pas de directoire, mais un conseil de surveillance, qui « supervise la stratégie mise en œuvre ».

« A la prochaine assemblée générale de Lagardère, Amber Capital veut faire évoluer la gouvernance du groupe, qui “affiche des performances économiques en dessous de la moyenne” et dont les choix sont très décriés. Arnaud Lagardère est notamment dans le collimateur du fonds. » Ce dernier ne possède que 7,33% des actions et 10% des droits de vote.

Le groupe est actif dans plusieurs branches dont l’édition et le transport, est a réalisé en 2019 un chiffre d’affaires de 7,2 milliards € et a enregistré « une perte nette de 15 millions d’euros » (source)

 

01.04.2020 –Dans sa lutte pour le contrôle du groupe Lagardère, Amber Capital va utiliser la demande du gouvernement de bloquer les dividendes pour asphyxié Arnaud Lagardère. Sans dividende, ce dernier ne pourra honorer les échéances de ses emprunts. Il devait percevoir «  plus de 12 millions d’euros. Une somme qui lui est indispensable, chaque année, pour faire face à ses dettes qui s’élèvent, selon lui, à 164 millions d’euros. Arnaud Lagardère se trouvera en très grande difficulté.

https://bfmbusiness.bfmtv.com  – 30-30-2020 : « Pour faire tomber Arnaud Lagardère, Amber tente de lui couper les vivres”

 

Matières premières :

Aujourd’hui, le prix du pétrole baisse, car la consommation mondiale baisse. En réalité, la Chine, usine du monde, est le premier consommateur mondial de la majorité des ressources naturelles (pétrole, charbon, coton, tomate, etc.). Quand la Chine tousse, le monde est tétanisé, car la consommation chute, la demande aussi et les cours s’effondrent !

Il serait temps d’arrêter ce système spéculatif afin de permettre aux entreprises et aux états d’acheter directement aux producteurs, sans recours à un taux, un cours mondial qui est artificiel, car basé principalement sur la demande chinoise.

Nos économies, nos concitoyens ont été spoliés pendant des décennies par ce système scandaleux et notre balance commerciale ne peut être que déficitaire.

Articles recommandée :

L’assistance aux professionnels

Interdiction du versement des dividendes pour les entreprises

nous rentrons dans un période de vache maigre

 


Edité le 28 mars 2020 – dernière mise à jour 01 avril 2020

Crédit photo : evanto.com

 

1 Comment
  1. […] Les vautours s’attaquent aux entreprises fragilisées par la crise économique […]

Leave A Reply

Your email address will not be published.

error: ce contenue est protéger