Cette crise est révélatrice de la destruction d’une filière française

0 181

En quelques jours, nous apprenons tour à tour que la seule usine française à produire de la Chloraquine est en redressement judiciaire, sans repreneur, avec un outil industriel qui fonctionne et peut produire.

Puisque l’unique entreprise qui fabrique des sacs-poubelles pour les hôpitaux, croule sous les commandes (plus d’un million à produire), mais est au bord de la faillite, à cause des retards de paiement des hôpitaux publics et de la concurrence chinoise. L’entreprise n’a produit que 800.000 sacs sur l’année 2019 et à une cadence maximale de 600.000 mensuels. (Source)

Enfin, la seule usine européenne qui produit des bouteilles d’oxygène est française et a arrêté sa production à la fin de l’année 2019.  En ce moment, les anciens salariés veulent reprendre leurs travails, dans le cadre de l’effort de guerre et « empêcher la destruction des machines de leur usine » Un comble ! Nos hôpitaux réclament en urgence des bouteilles d’oxygène.

« Jusqu’à sa fermeture définitive, fin 2019, 136 salariés y fabriquaient 220 000 bouteilles par an, dont la moitié pour l’oxygène médical, selon la CGT. Du matériel de très haute qualité, explique le syndicat, qui pourrait être très utile dans la crise sanitaire, notamment pour transporter des malades du Covid-19 vers des zones où les hôpitaux sont moins saturés. »  (Source)

Trois exemples d’entreprises françaises, utile en temps de crise et en temps normal, qui ne contribuent pas assez à répondre à l’immense besoin actuel.

 

Edité le 27.03.2020.

crédit photo pixalay

Leave A Reply

Your email address will not be published.

error: ce contenue est protéger