L’engouement pour la chloraquine

3 518

Nombreux sont les médecins à vouloir utiliser immédiatement cette molécule pour soigner leurs patients victimes du covide19.

Les scientifiques sont prudents et souhaitent des études complètes sur la molécule.

 

Actualité : 26.03.2020 :

Le gouvernement vient d’autorisé l’utilisation de hydroxychloroquine  en milieu hospitalier. Une première victoire.

L’hydroxychloroquine et l’association lopinavir/ritonavir peuvent être prescrits, dispensés et administrés sous la responsabilité d’un médecin aux patients atteints par le covid-19, dans les établissements de santé qui les prennent en charge, ainsi que, pour la poursuite de leur traitement si leur état le permet et sur autorisation du prescripteur initial, à domicile”, détaille le décret.

La molécule

« La chloroquine (ou chloroquinine) est un antipaludique de la famille des amino-4-quinoléines. Elle a été largement commercialisée sous forme d’hydroxychloroquine ou de sels (sulfate ou phosphate). Elle est avec la quinine, dont elle est un substitut synthétique, le traitement qui a été le plus employé, en préventif comme en curatif, contre le paludisme. Elle est aussi très utilisée contre des maladies auto-immunes telles que le lupus et des maladies rhumatoïdes telles que la polyarthrite rhumatoïde. Elle montre in vitro des effets antiviraux, mais qu’on n’arrive pas ou mal à reproduire in vivo. » (source)

Didier Raoult directeur de l’institut hospitalo-universitaire (IHU) de Marseille explique à l’antenne de BFM TV : « C’est un médicament qu’on utilise depuis très longtemps contre les bactéries intracellulaires, qui se multiplient dans les cellules comme les virus ». Le professeur précise également qu’avec l’un de ses collaborateurs, Jean-Marc Rollin, il avait avancé que « la chloroquine était probablement un médicament d’avenir pour les infections virales il y a dix ans de cela. »

Le Professeur Raoult est un des meilleurs spécialistes au monde, dans la recherche des virus. Son travail est connu et reconnu.

« Didier Raoult, qui est un anticonformiste patenté, n’a cependant rien d’un marginal. Il est le chercheur européen dont les publications sont les plus citées au monde dans le domaine des maladies infectieuses. Il a identifié 400 microbes (soit 20 % des microbes capables de contaminer l’Homme). Il a découvert des virus géants (Mimivirus et Mamavirus) ainsi qu’un virus capable d’infecter un autre virus, ce qu’on croyait jusque-là impossible » (source)

Ses indications

Il est principalement utilisé en traitement curatif et préventif du paludisme (malaria). Mais également en rhumatologie (Traitement symptomatique d’action lente de la polyarthrite rhumatoïde), en dermatologie (lupus érythémateux discoïde, Lupus érythémateux subaigu). Mais également en traitement d’appoint ou préventif des rechutes des lupus systémiques.

Effets secondaires

« Cependant, la chloroquine n’est pas un médicament miracle et comporte des défauts comme le précise Christophe Rapp, infectiologue et président de la Société française de médecine des voyages auprès de BFM TV : « La chloroquine ça a des effets digestifs et cardiaques. C’est une drogue qui peut jouer sur des troubles du rythme cardiaque et ça pourrait poser problème chez un malade en réanimation qui a déjà des drogues un petit peu complexes. » » (source)

« Ses effets secondaires sont le plus souvent légers et transitoires, mais ils peuvent être graves ; et la dose thérapeutique est proche du seuil de toxicité. Le surdosage induit notamment des troubles cardiovasculaires graves et potentiellement mortels qui explique que l’auto-traitement qui existait autrefois n’est plus recommandé. Dans le monde, elle est de plus en plus utilisée sous forme d’hydroxychloroquine qui est deux à trois fois moins toxique et mieux tolérée à dose élevée. » (source)

Cette molécule a de nombreuses contre-indications et de nombreux effets secondaires, dont des nausées, des contre-indications à l’exposition au Soleil.

Essai clinique

Un premier essai clinique était intervenu en Chine. A la suite d’un essai rapide et concluant sur 24 patients, dont la députée Valérie Boyer, le maire de Nice et député Christian Estrosi et son épouse l’animatrice Laura Tenoudji. l’IHU de Marseille et son directeur, le Professeur Raoult ont décidé de donner cette molécule à tous les patients du covide-19.

l’Institut hospitalo-universitaire (IHU)  propose un traitement à base d’hydroxychloroquine, une molécule dérivée de la chloroquine, qui a montré son efficacité. La posologie de l’essai était de 600 mg d’hydroxychloroquine par jour pendant dix jours sous la forme de comprimés administrés trois fois par jour ».

Un nouvel essai clinique européen (Discovery) avec l’INSERM est en cours depuis hier, pour une durée de six semaines. L’étude doit mesurer concrètement son efficacité, ses effets secondaires avant une généralisation à tous les patients. Ce qui est trop long pour les patients en souffrance et ceux qui arrivent dans les prochains jours.

Mais n’oublions pas qu’à ce jour, il n’y a aucun traitement et que les patients les plus gravement atteints ont le choix entre mourir ou essayer cette molécule. Le choix est rapide.

Le laboratoire Sonafi a décidé de donner des comprimés pour soigner environ 300.000 personnes.

Fabrication

Nombreux sont les médecins à implorer les autorités et les laboratoires à produire massivement de la chloariquine pour répondre à l’immense besoin.

Nous apprenons aujourd’hui que l’unique unité de fabrication française, la société Famar à Lyon, est en redressement judiciaire depuis juin 2019, faute d’un repreneur risque à la fin de la période de confinement, la disparition. C’est la seule unité française à être homologuée et autorisée à produire de la Nivaquine (le nom commercial de la molécule chloroquine) en France.

Mais l’engouement pour cette molécule devrait permettre de trouver rapidement un repreneur. Pour ma part, je recommanderais la création par les salariés d’une société coopérative, afin de gagner le savoir-faire en France et indépendant de tout groupe d’intérêt.

Cette unité de production doit être relancée au plus vite pour constituer des stocks importants pour nos hôpitaux, mais également pour nos partenaires étrangers.

Le Maroc a décidé ce week-end de réquisitionner la totalité de la production de l’unité marocaine pour répondre à sa propre demande.

 

A lire :

UN article complet du journal des femmes qui n’a pas inspiré ce billet et qui est très complet – 23.03.2020 : « Chloroquine et coronavirus : effets secondaires et contre-indications »

liberation.fr – 23.03.2020 : Chloroquine : l’infectiologue Didier Raoult en roue libre ?

https://www.futura-sciences.com/sante/actualites/coronavirus-chloroquine-covid-19-tout-ce-quil-faut-savoir-80151/#xtor%3DRSS-8

 

 

Création 23.03.2020 – dernière MAJ : 27.03.2020

Leave A Reply

Your email address will not be published.

error: ce contenue est protéger