l’outil indispensable : le respirateur artificiel

1 919

Le covid-19 atteint les poumons et créée des détresses respiratoires, qui nécessite le recours à des respirateurs artificielles.

La France disposerait d’un parc d’environ 22.000 machines de ce type, insuffisant pour répondre à l’affluence de malade dans les hôpitaux. En cas d’afflux trop important, les services hospitaliers ne pourront faire face et devront faire des choix comme en Italie. Une tragédie sur la tragédie.

Les Etats-Unis ne compteraient que 165.000 appareils, bien trop peu.

Nous en sommes arrivés à solliciter l’aide des vétérinaires et a réquisitionné le matériel prévu pour soigner les animaux. (lire la suite)

 

La ventilation mécanique (VM) est un terme médical pour la ventilation artificielle (en opposition à la ventilation spontanée) qui consiste à suppléer ou assister la respiration spontanée à l’aide d’une machine appelée « ventilateur ». (lire la suite sur wikipedia)

Les fondamentaux (document PDF)

Vendredi 20.03.2020 : En urgence plusieurs constructeurs automobiles et industriels vont produire des respirateurs, qui je le rappelle est l’équipement le plus important pour aider et soigner les malades du Covid-19

Respirateurs : la filière tente d’augmenter la production

Plusieurs constructeurs automobiles vont fabriquer des respirateurs artificiels pour aider les hôpitaux

www.liberation.fr – 20.03.2020 : « En Allemagne, les fabricants de respirateurs manquent de souffle« 

 

Vendredi 27.03.2020 : Le fabricant d’appareils électroménagers va fournir 10.000 unités de ce respirateur artificiel baptisé CoVent au système de santé publique du Royaume-Uni.

cnetfrance.fr – 27.03.2020 – « Dyson a inventé un respirateur artificiel pour les malades du Covid-19 en seulement 10 jours »

 


En réanimation, les services utilisent des équipements spécifiques. « Les respirateurs de réanimation font partie intégrante des services de réanimation. Ils permettent de délivrer une ventilation artificielle à partir d’un volume ou d’une pression contrôlés. Les effets indésirables corolaires de la ventilation artificielle sont respectivement le barotraumatisme en cas de volume contrôlé et le volotraumatisme en cas de pression contrôlée. La ventilation en réanimation peut s’effectuer selon un mode invasif ou non invasif pour traiter les patients en situation critique, le plus souvent défaillance respiratoire, hémodynamique ou neurologique aiguë. L’évolution des respirateurs a permis des meilleures performances en termes d’ergonomie, de monitorage et d’apparition de nouvelles fonctions, comme la mesure de la capacité résiduelle fonctionnelle, la mesure du travail respiratoire et la réalisation de courbes pression-volume. Ainsi, les progrès technologiques récents ont permis une adaptation au plus près de la physiopathologie du malade avec des résultats convaincants en termes de morbidité et de confort. » (source)

Nous disposons actuellement de 5.000 lits en réanimation qui peuvent passer rapidement à 15.000, mais pas au delà.

les bases techniques :

 

l’exemple au CHU de Clermond-ferrand

 

Nous devons rester confiner pour éviter la contamination et devenir un cas grave, nécessitant le recours à la ventilation mécanique pendant une durée moyenne de 10 à 20 jours.

 

Edité le 16.03.2020 – Dernière mise à jour du 28.03.2020

1 Comment

Leave A Reply

Your email address will not be published.

error: ce contenue est protéger