edito sur le covid-19

0 377

Nous sommes le 16 mars 8h du matin, le premier jour du changement de notre mode de vie. La décision prise hier soir par le gouvernement et annoncée par le Premier Ministre, était inévitable, mais tardive.

Premièrement, la situation dans le monde impliquait de prendre des mesures fortes pour réduire les déplacements et les regroupements de la population. La raison de la transmission et de la propagation du virus est l’élément détonateur, mais dans les faits, ce n’est qu’un élément d’un puzzle plus grand.

Pour résumé, un virus apparait début 2019 en Chine et en Iran. Les autorités locales arrivent à le contenir. Il réapparait à l’hiver 2019 et sa propagation devient incontrôlable.

Les pays européens auraient-ils dû fermer leurs frontières dès janvier, réduire les déplacements et les regroupements de personnes. La question sera posée dans quelques mois.

Ce qui est certain, c’est que la situation est devenue incontrôlable dans certains pays, qui alimentent une inquiétude et une peur de masse.

Nous sommes en guerre contre un ennemi invisible, sournois qui n’a qu’un objectif : faire le plus de dégâts possible, causer des souffrances et parfois la mort. Nous avons 15 jours de retard et devons anticiper les risques des les 15 prochains jours.

Soyons clair, notre mode de vie va changer et ce virus de masse va malgré tout faire des dégâts tant dans notre vie et notre mode de consommation, que dans notre économie.

 

Technologie numérique

La technologie nous permet de travailler à distance, de vivre en autarcie grâce à l’accès à l’information. Sur ce point, il faut faire attention aux types d’informations dont nous avons accès, être vigilant et ouvert d’esprit.

Le télétravail va se développer, tout comme l’ensemble du numérique, des sites comme prestations en ligne vont voir leurs activités explosées, tout comme les livraisons à domicile de produit ainsi que le Drive.

Que vont faire des millions de familles en restant à la maison ? Jouer, regarder des contenus vidéos (télévision, VOD, streaming), jeux en ligne, et vont consommer énormément de ressources internet. Une minorité va lire des livres ou des articles. Et une autre minorité va chercher un moyen de MAINTENIR son train de vie, en cherchant de nouvelles opportunités.

Relation à l’argent

Notre relation avec l’argent va également changer, avec il est CERTAIN, une disparition des espèces (de la monnaie et des billets) d’ici quelques jours, jugé trop dangereux. Une immense victoire pour ceux qui souhaitent la disparition de notre argent liquide, qui souhaitent contrôler nos dépenses, nos achats, nos investissements. Le côté positif est la disparition à court terme du travail au noir et un flicage de l’argent de poche versé à nos enfants.

Les banques déjà fragilisées par des taux bas et une politique monétaire catastrophique se frottent les mains, car elles vont pouvoir encore plus digitaliser notre économie, réduire les agences, licencier et développer les offres numériques. Elles vont devenir indispensables à notre économie et à notre quotidien. Heureusement que des services alternatifs sont disponibles avec les cartes et compte proposés par les Néobanques. Un service minimum et des frais minimums, parfois même gratuits. Le transfert par téléphone « money transfert » va exploser en France et l’opérateur Orange (ex France Telecom) est en avance, ayant développé cette technologie depuis des années en Afrique. L’alternative au paiement cash est donc à notre portée.

Le sans contact est généralisé, le virement est immédiat depuis le 1er janvier, le chèque disparait et enfin le money transfert explose. C’est la fin de l’ère fiduciaire au profit de l’ère numérique. Notre argent n’est plus qu’une succession de chiffre binaire, 0 et 1, que nous ne verrons plus physiquement. Les découverts vont exploser, tout comme les cas de surendettement.

Le monde change et nous devons nous adapter. C’est donc la fin de la monnaie-papier, des tonnes de cuivre, d’argent, d’or et de papier vont être économisées et recyclées. Des tonnes de matières premières vont être réintroduites dans le circuit industriel. C’est inévitable et la décision va être très rapide.

 

Emplois et activités

La fermeture des restaurants va être terrible, mais une opportunité extraordinaire pour ceux qui proposent la livraison à domicile. Un restaurateur a tout intérêt à développer la vente à distance pour survivre et développer son activité.

Les salariés peuvent bénéficier de mesures d’aide : chômage partiel ou indemnités journalières, mais qu’elles sont les mesures d’aides pour les indépendants, les commerçants, les TNS (Travailleur Non salariés) ? Aucune à ce jour. Des milliers de familles sont en danger économique.

Les fermetures ne rentrent pas dans le champ des assurances. Que dire de la crise dans l’hôtellerie et la restauration qui va souffrir, les activités culturelles qui vont plus qu’être impactées, que dire de la baisse du tourisme et des millions d’emplois qui en découle.

Les magasins traditionnels de vêtements, de chaussures et autres activités vont souffrir, mais pas les grands, les chaines de distribution ont leurs magasins en ligne qui proposent la livraison à domicile, avec l’essai et le retour souvent gratuit.

Je ne parlerais pas des Markeplace et du Dropshipping qui vont voir leurs ventes explosées.

C’est le développement exponentiel du e-commerce, de l’achat en ligne, avec paiement par Carte bancaire et de la livraison à domicile.

Formation à distance

C’est également le développement de la formation à distance et de la fin de notre système scolaire traditionnel. C’est la fin des classes de 30 élèves et du million d’enseignants. A court terme, les courts en ligne vont se généraliser, sur la base des MOOC et des tutos.

 

Conclusion

Je vous le dis, nous sommes rentrons dans une nouvelle aire, une aire numérique où nous pouvons travailler sans sortir de chez nous, acheter, consommer tout et n’importe quoi, en restant derrière son bureau, sur son canapé ou son lit. Plus besoin de contact physique ou de parler à un interlocuteur, vendeur. Un mail, un Chat suffit pour régler un problème ou obtenir un renseignement.

Est-ce une attaque biologique, le fléau annoncé par la bible ou le transfert d’un virus animal à l’homme. Ou simplement les 3 réunis, nous le saurons peut-être un jour. La question n’est pas là. Dans l’ombre de la franc-maçonnerie, des lobbys décident de notre avenir et celui de nos enfants. Nos libertés déjà réduites depuis 2001, vont l’être davantage pour une question de santé publique.

 

Aidons les particuliers et entreprises en difficulté

Mais aujourd’hui, nous devons mettre en place des moyens simples et efficaces afin d’aider nos entreprises à rester debout et affronter la tempête. Car même si les charges sociales et les impôts sont mis de côté (il faudra payer un jour), les commerçants et les entreprises impactées doivent payer leurs charges courantes (loyer, crédit, électricité, eau, assurance, et bien entendu les salaires et les fournisseurs). Les administrateurs judiciaires se frottent les mains, les faillites vont exploser.

Les particuliers, souvent des salariés, vont aussi être impactés par la crise. Conséquence, augmentation des découverts, des crédits revolving, des difficultés et le surendettement qui en découle.

Tournons-nous enfin sur des modes de solidarité et sur l’ESS (l’économie sociale et solidaire) qui donne un sens à nos achats, à notre consommation.

Je suis spécialiste de la prévention et du traitement des difficultés financières. J’ai créé des outils et des structures, dont l’association Kalune, après la roue de secours, mais surtout fin 2019, le site argent-content.com en cours de développement. Faute de soutien, je ne peux apporter mon aide et mon expérience et c’est pourquoi j’ai besoin de vous, que les Français ont besoin de vous pour sortir la tête haute de la crise.

J’ai eu l’idée en janvier de déployer au niveau national, un programme de  formation et une tournée nationale pour informer, sensibiliser et aider nos compatriotes.

Aidez-moi à développer et mettre en œuvre rapidement ses outils (site internet, blog, chaine youtube). J’ai besoin de bénévoles ayant les connaissances et la volonté de m’aider dans mes activités, mais également d’une aide financière, qui est le nerf de la guerre.

Je souhaite également créer un fonds de solidarité pour soutenir les entreprises, les dirigeants, relancer des activités, financer des actions concrètes de soutien. Mais là encore j’ai besoin de votre soutien financier.

Soyons clair, la crise va durée à minima 2 mois, les écoles vont être fermées au moins 2 mois, et l’économie va ralentir, voir mourir dans de nombreux secteurs.

Agissons avant qu’il ne soit trop tard !

 

Leave A Reply

Your email address will not be published.

error: ce contenue est protéger