covid-19 – Assistance aux professionnels 

5 365

Assistance aux professionnels 

La prévention des difficultés économiques[1] étant rarement prise en compte dans les projets, KALUNE a développé plusieurs outils permettant de prévenir et d’accompagner ces difficultés.

« Nombre de créateurs d’entreprises se voient contraints de déposer le bilan quelques mois seulement après le début de leur activité. Des études révèlent que le manque de fonds propres et une création isolée sans accompagnement extérieur sont les deux causes majeures d’échec.»  

 KALUNE aide les entreprises à rebondir, à relancer et consolider leurs activités. Nous sommes à leurs côtés dans les moments difficiles.

Conséquences :

Fin 2019, plus de 300 000 emplois étaient menacés et des centaines d’entreprises ont besoin de notre aide.

Fin mars 2020, ce sont près de 8 millions de salariés et plus de 300 000 entrepreneurs, qui sont menacés de perdre leurs emplois ou leurs activités.

Avec une moyenne de 60.000 dépôts de bilan annuel, la France est en tête des pays qui perdent le plus d’entreprises et donc d’emplois.

Nous devons aider les entreprises à se redresser et non à se ruiner, avec des charges nouvelles et coûteuses.

 Prévention :

 Kalune :

  • apporte ses conseils et son soutien lorsque l’entreprise traverse des moments difficiles, la question de sa survie se pose.
  • aide à rebondir, à relancer l’activité et consolider la restructuration, tout en préservant les actifs et les emplois.
  • apporte ses conseils et son soutien lorsque l’entreprise traverse des moments difficiles, la question de sa survie se pose.
  • Apporter une aide et notre expérience de gestion de crise.
  • aide l’entreprise, son (ses) dirigeant (s), ses associés – actionnaires, les salariés (ées).
  • agit en partenariat avec les métiers du conseil, de l’audit, et des métiers du chiffre et du droit.

 Le soutien aux équipes :

L’association développe également un Programme d’accompagnement budgétaire destiné aux dirigeants, associés-actionnaires et les salariés des entreprises accompagnés.

Il est indispensable de mettre en place un programme d’accompagnement, qui porte sur les situations administratives et juridiques, mais également sur le traitement des demandes d’aides, de dossier de surendettement et de prévention des difficultés financières en particulier pour les personnes se trouvant en rupture (baisse de ressources, perte de logement).

[1] Quand un pessimiste ne voit que des problèmes, un optimiste lui, ne voit que des opportunités !

Le financement des entreprises

Nous devons renforcer d’urgence la trésorerie des entreprises Françaises, par une subvention, une baisse de charges, une suppression des charges pour celles qui sont le plus en difficulté. Mais surtout, il faut injecter du cash, par un financement direct (banques, investisseurs, financement participatif) avec une garantie BPI France. Car recourir uniquement au prêt bancaire est une mauvaise idée. En effet, les entreprises ont besoin d’une aide concrète pour renforcer leurs carnets de commandes, mais surtout leurs trésoreries pour faire face aux paiements de leurs charges courantes.

Apport massif d’argent frais dans nos entreprises

 

L’Etat ne peut tout faire et doit cautionner les projets privés par les organismes de cautionnement : BPI France, la Siagi, la Socoma et France Active. L’Etat doit encourager les particuliers à investir dans le capital des entreprises françaises.

Nous pouvons estimer le besoin financier des entreprises pour surmonter le tsunami actuel compris entre 50 et 200 milliards. Nous avons un outil formidable, qu’il faut mobiliser : c’est la finance participative. Les plateformes de crowdfunding peuvent capitaliser rapidement 30 à 100 milliards d’épargne des français, à condition d’apporter des garanties aux investisseurs et de sélectionner les bons dossiers.

  • Nous pouvons les appuyer avec notre programme d’accompagnement préventif.
  • Nous pouvons mobiliser pour toutes les entreprises (artisans, commerçants, entreprises de toutes tailles) les prêts à un taux correct, en complément des prêts de trésorerie bancaire.
  • Nous pouvons mobiliser les minibons, l’augmentation de capital (équity et crowdequity) et les apports en compte courant, les obligations pour les autres structures.
  • Nous pouvons mobiliser les titres participatifs pour les coopératives qui ont besoin également d’un soutien, tout comme le monde associatif qui peut mobiliser les titres associatifs.

Afin de développer l’offre de Crowdfunding et répondre à l’immense besoin de financement, il est nécessaire de mettre en place des garanties pour sécuriser les opérations et l’épargne des investisseurs.

Il ressort de plusieurs enquêtes que les Français sont sept sur dix à rejeter toutes idées d’investissement financier. Les produits sont jugés peu adaptés à leurs besoins. Les Français épargnent peu à long terme pour leurs retraites, faute de moyens suffisants.» [source]

L’année dernière, la collecte a été de 629 millions d’euros pour le développement économique (contre 400 millions en 2018 et 307 millions en 2017). Le total collecté a été constant à 1,4 milliards d’euros sur les plateformes de financement alternatif toutes catégories confondues (comprenant également les fonds de prêt aux entreprises, les cagnottes en ligne et les projets de solidarité embarquée, – arrondi sur salaire, arrondi sur ticket de caisse, etc). En comparaison, les plateformes anglaises ont financé 13 milliards d’euros de volumes cumulés de prêts.

Si nous mobilisons 1% de l’encours des livrets (livret A, livret jeune, LLDS) faiblement rémunéré, nous pouvons mobiliser rapidement près de 12 milliards pour notre économie et répondre aux besoins de nos entreprises. Tout en proposant une rémunération de l’épargne supérieure à 3% net.

100 milliards, c’est 9% de l’épargne des Français qu’il faut mobiliser.

Ce n’est pas un problème d’argent, mais un problème de volonté.

 

en savoir plus :  Nos propositions pour développer le financement participatif en temps de crise sanitaire et économique

 

Articles recommandés :

covid-19 -assitsance aux particuliers

Crise économique 2020

La crise du coronavirus va impacter considérablement les particuliers, les indépendants et les entreprises.

Projet 2020 de l’association kalune

Les mesures d’aide et d’accompagnement à destination des entreprises

 

Edité le 7 avril 2020

crédit photo evanto.com

Leave A Reply

Your email address will not be published.

error: ce contenue est protéger